ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Psycho-Oncologie

1778-3798
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 5/4 - 2011  - pp.269-274  - doi:10.1007/s11839-011-0348-9
TITRE
Clivage du moi, manque de soi et subjectivité du patient: incidences dans la relation médicale

TITLE
Splitting of the ego, a lack in the sense of self and subjectivity of the patient: implications on the medical relationship

RÉSUMÉ

Il y a au moment de l’énonciation du signifiant cancer une commotion psychique d’une intensité que le moi ne peut pas soutenir. Ce qui fait trauma dans la vie du sujet lors de l’énonciation d’un cancer est prototypique d’une irruption dans le réel d’un événement susceptible d’être subjectivé. Cela fait écho aux conceptions ferencziennes du traumatisme en tant que mesuré comme « équivalent à l’anéantissement du sentiment de soi, de la capacité de résister. » Par là, il entend que la capacité de souffrance de l’individu dépasse la force d’intégration de sa personne et que pour ne pas souffrir, le sujet cesse d’exister en tant que moi global. L’observation des patients nous apprend que la dynamique psychique à l’oeuvre est superposable à celle classiquement décrite dans Die Spaltung: celle de la perte, suivi du jugement d’attribution permettant l’acceptation de la perte, le deuil et finalement ce qu’il est convenu d’appeler restitution de la santé et qui est plutôt en fait l’ancrage au soi comme objet de retrouvaille. La sidération de la pensée suivant l’annonce et la fragmentation d’une partie du moi secondaire au traumatisme produisent ce que Ferenczi avait appelé l’autoclivage narcissique du moi. Malgré tout le désir d’être secourable émanant du thérapeute, il y a là risque d’une prise de pouvoir, d’une décision à la place du patient, d’une aliénation. Nous suggérons que la limite est la liberté d’un minimum de pensée pour le patient. Cet article éclairera peut-être, le clinicien, sur une attitude réellement thérapeutique tout en admettant qu’il n’y a pas de « conduite idéale » de l’annonce du cancer.



ABSTRACT

At the moment when the dreaded cancer word is mentioned, there is a state of mental shock so strong that the ego can no longer cope. What is traumatic in the life of the subject when the word cancer is mentioned, is prototypical of an intrusion in the reality of an event, which is likely to be subjective. This echoes Ferenczi’s trauma theory as measured as “the equivalent of the destruction of the sense of self, and of the ability to resist.” By this he means that an individual’s ability to suffer exceeds the inner strength of that person, and that to stop the suffering, the subject ceases to exist as a whole ego. Observing patients teaches us that the psychological dynamic at work can be superimposed on that traditionally described in Die Spaltung: that of loss, followed by the attribution decision allowing the acceptance of loss, grief and finally, the so called return to health and which is, in fact, more of an anchorage, like a turning point. The shock of the thought following the announcement, and the fragmentation of part of the ego secondary to trauma, produce what Ferenczi called narcissistic splitting of the ego. Despite all the good intentions from the therapist, there is a risk of taking over, of making a decision on behalf of the patient, of alienation. We believe that, as a minimum, the patient should have a freedom to think. This paper will hopefully open the eyes of the clinical practitioner to a truly therapeutic attitude, while concluding that there is no “ideal way” to make the cancer announcement.



AUTEUR(S)
J.-L. PUJOL

Reçu le 10 mars 2011.    Accepté le 12 octobre 2011.

MOTS-CLÉS
Annonce, Cancer, Trauma, Autoclivage narcissique

KEYWORDS
Announcement, Cancer, Trauma, Narcissistic splitting of the ego

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (123 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier