ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Psycho-Oncologie

1778-3798
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 1/4 - 2007  - pp.231-235  - doi:10.1007/s11839-007-0047-8
TITRE
Traitements des problèmes sexuels après un cancer : intégration des approches médicales et psychologiques

TITLE
Treatment of sexual problems subsequent to cancer: the integration of medical and psychological approaches

RÉSUMÉ

Les cancers, qu’ils soient d’origine gynécologique, digestive ou urogénitale, et leurs traitements invasifs sont souvent responsables chez les patients de troubles sexuels associés à une détresse psychologique non négligeable avec une atteinte de leur qualité de vie. Paradoxalement, les malades évoquent rarement ces problèmes en consultation oncologique de routine. Pourtant, la communication sur la sexualité demeure à la fois une préoccupation importante pour les patients qui s’en plaignent rarement et un sujet inconfortable à aborder pour les médecins. Ces dysfonctionnements sexuels peuvent se manifester, entre autres, par une perte du sentiment de bien-être, une altération de l’image corporelle, une impuissance, une sécheresse vaginale, une dyspareunie, une diminution ou une perte complète du désir et, in fine, une insatisfaction sexuelle. Ajoutés à cela la douleur physique résiduelle, la fatigue, l’infertilité, l’atteinte narcissique et les troubles anxiodépressifs associés seront autant de symptômes pouvant entraver l’activité sexuelle de ces patients et majorer la mauvaise adaptation face aux répercussions sexuelles des traitements du cancer. Une prise en charge précoce, impliquant le développement d’un programme de réhabilitation sexuelle, doit pouvoir leur être proposée dès que possible, essentiellement durant la première année qui suit la fin des traitements du cancer, afin de diminuer ces troubles sexuels. Des informations appropriées, la gestion des symptômes physiques, un soutien et un suivi psychologique assortis d’une consultation sexologique et de thérapies psychosexuelles ciblées, des thérapies groupales, l’utilisation de dilatateurs vaginaux et de lubrifiants pourront atténuer le traumatisme induit par ces troubles. Les répercussions sexuelles des traitements systémiques du cancer représentent un challenge important pour les équipes soignantes. Ainsi, l’abord des problèmes de sexualité devrait s’intégrer dans une approache holistique, anticipée et routinière des soins en oncologie.



ABSTRACT

Gynaecological, digestive and urogenital cancers and their invasive treatment often cause sexual dysfunction and significant psychosocial distress and quality-of-life impairment. Paradoxically, patients seldom report their sexual difficulties in routine oncological consultations. Yet communicating sexual concern remains important to patients, in general, and is still an uncomfortable topic for practitioners.

Sexual disorders can express themselves through the loss of physical well-being, negative body image, impotence, vaginal dryness, dyspareunia, loss of sexual desire or arousal, and, finally, reduced sexual satisfaction. In addition, residual pain, fatigue, infertility, narcissistic injury, anxiety, and depressive disorders are symptoms that can cause the interruption of sexual activity and impair the ability to cope with the impact of cancer treatment on sexual function.

An early treatment programme, involving sexual rehabilitation, must be developed as soon as possible during the first year after cancer treatment to reduce sexual difficulties. Medical and psychological support can be provided to traumatized women. Assessment of cancer-related sexual problems (specific interviews), appropriate information, physical symptom management, psychological support and follow-up, sexual counselling, brief psychosexual interventions, group therapy, structured sensate focus exercises, and vaginal dilators using water-based lubricants are some of the techniques available to alleviate the damage caused by sexual disorders. The sexual aftermath of systemic cancer treatment in women remains an important challenge for medical teams. Therefore, its treatment should be an integral part of holistic and planned care and become routine in cancer care.



AUTEUR(S)
M. REICH

MOTS-CLÉS
Sexualité, Cancers, Détresse psychologique

KEYWORDS
Sexuality, Cancer, Psychological distress

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (93 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier