ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Psycho-Oncologie

1778-3798
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 1/2 - 2007  - pp.88-92  - doi:10.1007/s11839-007-0020-6
TITRE
Clinique de la douleur chronique et approche psychanalytique

RÉSUMÉ

Entre le corps et la psychanalyse, il y a comme une étrange histoire, chargée de conflits, d’ambiguïtés et de malentendus, de rendez-vous ratés aussi. Le corps est-il un objet pour la psychanalyse ? Est-il l’objet de la psychanalyse ? Que peut la psychanalyse en matière de corps ? Dans la psychanalyse, de quel corps parle-t-on ? [3] Questions insolites, voire inattendues, s’il s’avérait que le corps a déjà sa place de plein droit dans la psychanalyse, que ce soit dans sa doctrine comme dans son exercice. Il est facile de s’en convaincre en s’intéressant à la clinique de la douleur chronique et à la possible place de l’entreprise psychanalytique dans ce champ, aux côtés de démarches complémentaires, médicales et pharmacologiques, articulées en une logique pluridisciplinaire. C’est ce dont il est facile de se convaincre également en repérant que l’enjeu fondamental que Freud assortit au fantasme dans ce qui caractérise la psychopathologie psychanalytique témoigne bien d’un lien primordial au corps et à la corporéité.



ABSTRACT

A surprising history of conflict, ambiguity, mis-understandings and even missed opportunities has characterised the relationship between the body and psychoanalysis. Is the body relevant to psychoanalysis? Is the body the object of psychoanalysis? Can psychoanalysis do anything for the body? How does psychoanalysis define the body? These questions are all irrelevant if the body is indeed a full-fledged component of psychoanalytic theory and practice. This reality is particularly evident in chronic pain clinics, where care is based on systematic, multifaceted treatments led by anaesthesiologists, psychoanalysts and chemists/pharmacists who take a multidisciplinary approach that raises fundamental questions about the psychotherapeutic aspects of each course of treatment. The potential of the clinic to heal or alleviate disorders confirm the basic tenet of Freud’s theory that phantasm is fundamentally built around a basic relationship with the body.



AUTEUR(S)
M. DERZELLE

MOTS-CLÉS
Corps, Douleur (chronique), Fantasme, Plainte, Psychanalyse

KEYWORDS
Body, Chronic pain, Phantasm, Complaint, Psychoanalysis

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (123 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier